8 – Le patrimoine immobilier de Barthélémy Vinet dit Larente s’accroît

Par Harold Larente, 25 février 2018

Au début de l’année 1672, la colonie voit Louis Buade de Frontenac, nommé gouverneur général en lieu et place de Jean Talon qui quittera pour la Métropole à l’automne 1672.

Le projet d’une voie de contournement des rapides de Lachine à travers les terres, en profitant de la rivière Saint-Pierre, se discute de plus en plus.

Pour Barthélémy Vinet dit Larente, cette année 1672 est une année charnière. Il est dans la colonie depuis 7 ans et il est émancipé voici de ça 4 ans de son contrat d’engagement chez Jean-Baptiste Migeon de Branssat[1] [2]. Encore célibataire à 37 ans, ce n’est qu’en juin de cette année 1672, qu’il contracte un mariage avec Étiennette Alton[3].

Il habite Lachine dès 1669 sur la concession qu’il a obtenue de Robert Cavelier de LaSalle en 1668. Il y travaille ardemment depuis 3 ans pour la défricher afin disposer de terre arable pour la mettre en culture.

Mathias Chatouteau dit Massias vend sa concession à Barthélémy Vinet dit Larente

Le 9 avril 1672[4], il achète de Mathias Chatouteau dit Massias[5] [6] une terre voisine de la sienne.

Bornée de l’autre côté par la terre de Raymond Bonneau dit La Chaume[7], celle-ci a 3 arpents de large et vingt arpents de profondeur. Barthélémy Vinet dit Larente possède maintenant une propriété d’une superficie 120 arpents sur le bord du lac Saint-Louis, soit 6 arpents de large par 20 arpents de profondeur.

Croquis

La terre acquise de Mathias Chatouteau dit Massias est située sur « le bord de l’escor du bois debout du lac Saint-Loÿs »[8] et elle est « quicte des arrerages desdits cens et droicts seigneuriaux du passé jusqu’à ce jour, pour touttes et sans autres charges, debtes n’y hypotecque[s] quelconques, ainsy que ledit vendeurs a dit et affirmé (…) »[9]

Il promet payer cette terre « vingt cinq minots de bled froment bon sec loyal et marchand, que ledit achepteur a promis payer audit vendeur en deux payemens esgaux ». Le premier payement sera dû, le 11 novembre 1672, à la fête de la Saint-Martin d’hiver et l’autre le 11 novembre 1673.

Cette terre et tous ses biens seront grevés d’une hypothèque jusqu’au payement complet.

Massias s’engage à lui remettre un titre de propriété des seigneurs de l’île de Montréal.

Manifestement, Massias n’a pas fourni de titre à Barthélémy Vinet dit Larente, car le 22 juin 1676, Barthélémy apporte le contrat qu’il lui été « expédié et délivré » par Basset, à la maison seigneuriale des seigneurs du séminaire Saint-Sulpice au Montréal.

On lui demande d’acquitter une partie des « Lods et ventes [10]» qui s’élève à 10 minots de blé. On inscrit dans l’ensaisinement que s’il se retire du droit lignager, il devra acquitter la partie dont il est soustrait. L’acte ne nous mentionne pas la valeur de l’éventuelle remise.

Acte de vente d’une terre par Mathias Chatouteau à Barthélémy Vinet dit Larente[11]

[page 1][Transcription (règles de transcription)]

Note : Il s’agit d’une transcription d’un acte apporté chez les sulpiciens pour ensaisinement. Le texte manquant a été complété en prenant la copie transcrite par moi de la minute du greffe du notaire. Le texte ajouté est entre crochet et en italique.

Pardevant Benigne Basset greffier et

tabellion de la terre et seigneurie de l’isle

de Montreal en la Nouvelle France et

tesmoings soubz signez fut present

Mathias Chaittouteau habitant y demeurant

lequel a reconnu et et confessé, avoir vendu, ceddé,

transporté et dellaissé du tout des maintenant

a tousjours, et promet garentir de tous

troubles et empeschemens generalement

quelconques a Barthellemy Vinet dit

La Rente aussy habitant y demeurant a ce

présent achepteur pour luy ses successeurs

et ayans cause, une concession de soixante

arpens de terre en laditte isle, au lieu dit

Lachine, commençant d’un bout trois

arpens de large sur le bord de l’escor du

bois de[bout du lac Saint Loüys, sur vingt][page trouée]

arpens de profondeur tirant [au nord, tenant][page troué]

d’un costé la concession dudit achepteur,

et d’autre celle de Raimond Boisneau dit

la Chaume en l’estât que le tout se poursuit

et comporte que ledit achepteur a dit bien

scavoir et connoistre pour l’avoir veu e[t][marge effrangée]

visité audit vendeur appartenant, et a luy [marge effrangée]

accordé par messires les seigneurs [marge effrangée]

de laditte isle, estant en leur censive, et charg[é] [marge effrangée]

envers eux, [page troué] [de cens et droicts] seigneuriaux,

qu’il plaîra auxdits seigneurs la charge, quicte

des arrerages desdits cens et droicts seigneuriaux

du passé jusqu’à ce jour, pour touttes et

sans autres charges, debtes n’y hypotecque[s] [marge effrangée]

quelconques, ainsy que ledit vendeurs a dit [marge effrangée]

[page 2]

et affirmé, pour de [page trouée] [dès à présent la]ditte concession,

joüir et disposer par ledit achepteur,

sesdits successeurs et ayant causee

ainsy que bon luy semblera au moyen

des presentes. Cette vente faitte, a la charge

desdits cens et autres droicts seigneuriaux

susdits seulement, et outre moyennant la

quantité, de vingt cinq minots de bled

froment bon sec loyal et marchand,

que ledit achepteur a promis payer audit

vendeur en deux payemens esgaux, dont

le premier d’iceux eschoira, au jour et

feste [page trouée] [de] Saint-Martin d hyver, prochain

venant et le second et dernier payement

[a] [page troué] pareil jour et feste de l’année prochaine

[que l’on contera gbjc [mil six cent] soixante

et treise, au payement [de laquelle] [page trouée et tache] quantité

de vingt cinq minots de bled et termes

sus enoncez, de laditte concession presentement

vendue, est et demeure, par privilège

special, affectée, obligée et hypotecquéé,

avec tous et chacuns les autres biens

meubles et immeubles presens et advenir

[quelconques dudit achepteur] sans que

la généralité deroge a la specialité n’y

la specialité a la generalité n’y au contraire,

et en ce faisant, ledit vendeur, a promis

mettre és mains dudit achepteur, un

tiltre desdits seigneurs, concernant la

[page 3]

la proprieté de laditte concession, d’huy en

un mois mettant et subrogeant par

ledit vendeur ledit achepteur, du tout

en son lieu et droicts, noms raisons

et actions, transportant en outre

tous droicts etc. desssisant etc. voulant etc.

procureur le porteur etc. donnant

pouvoir etc. promettans etc.obligeans

chacun en droict soy etc.renoncans etc.

fait et passé audit Montreal en l’estude

dudit greffier, l’an gbjc [mil six cent] soixante et

douse le neuviême jour d’avril

apres midy, ès presences, des sieurs

Jean Gervaise et Pierre Caillé tesmoings

y demeurant [page trouée]

des ……., et non lesdittes par[ties signées] [page trouée]

pour ne scavoir, de ce faire enquises

suivant l’ordonnance //

(signé)

Basset (pararaphe)

greffier

Le 22 juin 1676 Le present contrat à esté apporté en la mai[son] [marge effrangée]

seigneurialle des seigneurs du seminaire Saint-Sulpice de Paris au Montr[éal] [marge effrangée]

[ligne illisible la page étant déchirée]

La vente acquereur et porteur dudit contract et apres qu il a paye [marge effrangée] [d]ix

minots de blé pour partie des lots et ventes par luy deües ausdits seigneurs, l au[tre] [marge effrangée]

partie luy ayant esté remise, à la charge que si laditte habitation soit retirée p[ar] [marge effrangée]

droict lignagier qu il sera tenu de payer l’autre partie remise.

Nous Gabriel Souart superieur du seminaire du Montreal avons saisine

et allodè (sic) [alloué] ledit contract et mis ledit Barthelemy Vinet dit La Rente en la

saisine et possesion de laditte habitation, et avons faict enregistrer ledit [marge effrangée]

ensaissement dans les registres des archives desdits seigneurs desquel [lods] [marge effrangée]

et ventes paiées je quitte et descharge ledit Barthelemy Vinet sans [marge effrangée]

prejudice des cens et rentes qui pouroient estre deües par les [présents] [marge effrangée]

possesseurs en foy de quoy nous avons signé le present contract avec [marge effrangée]

sieur Ranuier leur ..econosme

(signé)

G. Soüart (paraphe)  Ranuier [paraphe] [marge effrangée]

Où sont situées les propriétés de Barthélémy Vinet dit Larente ?

Il est difficile de localiser précisément les propriétés de Barthélémy Vinet dit Larente. Les sources consultées sont divergentes.

Désiré Girouard[12], indique qu’il est sur la censive numéro 452[13] du terrier de l’île de Montréal alors que Marcel Trudel[14] situe sa propriété dans l’arrière-fief de LaSalle qu’il a cédé à Jean Milot le 3 février 1669[15]. La propriété de Milot serait sur les censives 467 à 471 selon Girouard.

Trudel mentionne qu’ :

 « à l’intérieur de ces terres, Cavelier de LaSalle avait concédé au moins 2 terres :

LOUIS […] DIT LORANGER ET GUILLAUME LORET DIT LAFONTAINE

2 x 20 concédé à Barthélemy Vinet dit Larente, voisin de la suivante en 1672; il revend cette terre en même temps que l’autre, 16 juin 1672, à Louis […] dit Loranger et Guillaume Loret dit Lafontaine, encore à eux en 1674 ?

LOUIS […] DIT LORANGER ET GUILLAUME LORET DIT LAFONTAINE

2 x 20 concédé à Mathurin Chailloret ou Mathieu Chaillouteau, entre Vinet et Boisneau ; il vend 9 avril 1672 à Barthélemy Vinet dit Larente qui revend 16 juin 1672 à Louis […] dit Loranger et Guillaume Loret dit Lafontaine, entre les mêmes ; encore à eux en 1674 ? »

Cette dernière source laisse perplexe, car elle ne concorde pas avec celles consultées.

D’abord, l’acte délaissé à l’étude du notaire Basset par Barthélémy Vinet dit Larente, de sa concession de LaSalle, et qui a été transcrit par le notaire le 26 janvier 1688[16] pour être « délivré» à la veuve Vinet, mentionne que cette concession est d’une largeur de 3 arpents par 20 arpents de profondeur alors que Trudel mentionne que LaSalle lui concède 2 arpents de large par 20 arpents de profondeur.

L’acquisition de la terre, le 9 avril 1672 de Mathias Chattouteau dit Massias, adjacente à sa concession a également 3 arpents de large alors que Trudel mentionne 2 arpents par 20 arpents de profondeur. L’étendue de sa propriété a donc 6 arpents de large et non 4 arpents de largeur.

Dans un article subséquent, nous verrons que Barthélémy Vinet dit Larente cèdera à Louis D’Auvernier dit Loranger et Guillaume Loret 4 arpents de large sur 20 arpents de profondeur et qu’il conservera les 2 autres arpents de largeur sur 20 de profondeur.

Bien que Barthélémy Vinet dit Larente ait reçu un demi-arpent[17] dans le village, cela ne comble pas la quantité de terre des transactions mentionnées ci-dessus.

Ensuite, l’arrière-fief de Milot acquis de LaSalle le 3 février 1670 n’a que « Sept Arpens de large, sur le bord de la grande Riviere Et fleuve saint Laurent, sur soixante arpens de profondeur ».[18] Bien que les archives présentes plusieurs lacunes, il est fort peu probable que Barthélémy Vinet dispose, en 1672, de 6 arpents de terre sur le bord du lac Saint-Louis sur les 7 arpents de que dispose Milot.

Enfin, si l’on prend la méthode décrite par Normand Mousette lors du recensement de 1681, « l’ordre dans lequel sont ici mentionnés tous ces noms est celui retrouvé dans les pages du registre de ce recensement [1681]. Selon toute vraisemblance, et suite à diverses vérifications, cet ordre reflète le fait que, pour s’acquitter de leur tâche, les agents recenseurs ont visité la « Paroisse de Lachine », « habitation » par « habitation », en empruntant le « chemin pour la commodité publique », depuis le « fief de Verdun » jusqu’à « La Pointe Claire ».[19]

Selon cet ordre du recensement de 1681, « l’habitation » Barthélémy Vinet dit Larente est entre celle de Guillaume Loret[20] et celle André Rapin.

  

La censive de Barthélémy Vinet dit Larente, maintenant à sa veuve, serait entre celle Guillaume Loret dit Lafontaine[21], Noël Charmois dit Duplessis[22] à l’est et celle d’André Rapin dit La Muzette[23] à l’ouest; Girouard identifie les censives 451 et 454 à Rapin et Charmois, respectivement.

Carte des censives de Lachine

Selon ce recensement de 1681, il y aurait 13 « habitations » qui séparent les censives de Jean Milot dit le Bourguignon et celle de la veuve Vinet dit La Rente. Cet écart est assez similaire au relevé de Girouard.

Les données les plus probables sont donc celles de Girouard. La censive de Barthélémy Vinet dit Larente serait dans les environs de la 19e et 21e Avenue, à Lachine en la censive 452.

Un exercice de positionnement de cette censive a été réalisé en superposant un « extrait du plan terrier de l’Isle de Montréal déposé dans les archives du séminaire Saint-Sulpice copié par J.A.U. Beaudry » dans « Google Earth ».

On remarquera que l’orientation des censives, surtout celles situées à l’ouest, est d’environ 30 degrés trop vers l’ouest. Les lignes latérales de ces censives devraient être sensiblement parallèles aux rues.

Superposition du terrier de Lachine dans « Google Earth »

Pour visualiser le résultat dans « Google Earth » sur votre ordinateur et bénéficier des outils de «Goolgle Earth», il suffit de télécharger le fichier suivant : Lachine – terrier

REMERCIEMENTS

C’est avec un immense plaisir que je voudrais remercier monsieur Jules Guérard, mon mentor, qui m’a littéralement pris sous son aile. Il représente un atout précieux à l’avancement de mon blogue et mes connaissances en histoire et en généalogie. Sa grande générosité à partager ses connaissances et son expertise me mène au-delà de l’évidence. Il m’apporte éclairage lorsque j’ai des interrogations, vérifie certains documents que j’ai paléographié. Ses commentaires motivants sont toujours pertinents.

Je lui suis très reconnaissant pour tout le temps qu’il prend et je n’aurais pas avancé aussi rapidement s’il n’avait pas été là.

[1]↑ Jean-Baptiste Migeon de Branssat, fils de Jean et Marie-Marguerite Desbordes marié à Catherine Gauchet de Belleville, fille de Claude, lieutenant du roi en 1661 au Havre, et de Suzanne Dufeu, Source : Jetté, René, Dictionnaire généalogique des Familles du Québec : des origines à 1730, Les Presses de l’Université de Montréal, 1983.

[2]↑ Jean-Jacques Lefebvre, « Migeon de Branssat, Jean-Baptiste », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003, consulté le 13 janv. 2015, http://www.biographi.ca/fr/bio/migeon_de_branssat_jean_baptiste_1F.html.

[3]↑ Ce contrat de mariage fera l’objet du prochain article.

[4]↑ Vente par Mathias Chaittouteau à Barthelemy Vinet dit Larente, notaire Bénigne Basset dit Deslauriers [1657-1699], numéro 795, BAnQ, Microfilm M-620-7.

[5]↑ Mathias Chatouteau, fils François et Marguerite Marédade, ar. et év. Angoulême, Angoumois (Charente): probablement tué par les Iroquois en août 1689 à Lachine, 32 ans au rec. 81 à Montréal, marié le 13-07-1682 à Lachine avec Anne Mouflet, fille de Jean et Anne Dodin, Jetté, René, Dictionnaire généalogique des Familles du Québec : des origines à 1730, Les Presses de l’Université de Montréal, 1983.

[6]↑ Mathias Chattouteau dit Massias, Pierre Gauthier dit Sagouingara et Barthélémy Vinet dit Larente ont été accusé d’avoir donné une batterie à Bégnigne Braillaud dit le Bourguignon en août 1670 alors qu’un canot de sauvages amenait des pelleteries à Lachine. Pour plus de détail, consulter l’article 7 – Barthélémy Vinet dit Larente en justice pour une peau d’orignal.

[7]↑ Raymond Bonneau (Boineau) dit Lachaume, fils de Julien et Marie Charron de Verneuil. ar. Confolens, év. Angoulême. Angoumois (Charente) marié à Marie-Louise Plumereau Latreille, fille de Julien et Anne Barbier, décédé le 08-12-1694 (disparition) sépulture O5-06-1695 à Lachine (corps trouvé 27-05-1695; on pense qu’il a été dévoré par les bêtes sauvages), sources Jetté et PRDH.

[8]↑ Voir note 4.

[9]↑ Idem

[10]↑ « Le seigneur jouit aussi du droit de lods et ventes [Souligné par nous]. De même que l’acquéreur d’une seigneurie doit verser à l’État l’impôt du quint, de même l’acquéreur d’une terre doit remettre au seigneur les lods et ventes: celui donc qui achète la terre d’un censitaire se voit imposer une taxe qui est d’ordinaire le douzième de la valeur de cette terre. Comme le quint, les lods et ventes ont pour but de rendre plus difficile la mutation des terres, car le sol a été donné au censitaire non pour spéculer, mais pour en faire l’exploitation. », source : Marcel Trudel – Le régime seigneurial, Les brochures de la société historique du Canada, n° 6, Ottawa 1971, p.12. Cette brochure est disponible en téléchargement à l’adresse suivante : https://www.archiv-histo.com/assets/publications/OutilsRecherche/1971_Trudel,Marcel_Le_regime_seigneurial.pdf.

[11]↑ Voir note 4.

[12]↑ Girouard, Désiré, Anciennes côtes du Lac Saint-Louis avec un tableau complet des anciens et nouveaux propriétaires, Montréal, 1892, p. 34 et suivantes.

[13]↑ Comme Barthélémy Vinet dit Larente est décédé en 1687, cette censive est attribuée, par Girouard, à sa veuve qu’il identifie, « veuve Heurtebise et sept enfants », Elle est veuve de Marin Hurtubise, veuve de Barthélémy Vinet dit Larente, en secondes noces et de Claude Garigue en troisièmes noces.

[14]↑ Trudel, Marcel, Le terrier du Saint-Laurent en 1674 : Du lac Saint-Louis à la Gaspésie, tome 2, Éditions du Méridiens, 1998.

[15]↑ BAnQ, Vente de Monsieur de La Salle au Sieur Jean Milot, notaire Bénigne Basset dit Deslauriers, [1657-1699], Microfilm M-620-6.

[16]↑ 16 décembre 1668, Concession d’une terre pour Barthelemy Vinet par Monsieur de La Salle, notaire Bénigne Basset dit Deslauriers, [1657-1699] Source : TL 313, S1 [contrat sous seing privé], BAnQ, Dossier 06M-CD1 2/2.231 –  Il s’agit d’une copie d’un acte délaissé à l’étude du notaire Basset par Barthélémy Vinet dit Larente, qui a été transcrit par le notaire le 26 janvier 1688 pour être « délivré » à la veuve Vinet [Étiennette Alton].

[17]↑ Idem

[18]↑ Asselin, Fleurette et Tanguay, Jean-Marie, Collection Je lis mes ancêtres : transcriptions d’actes notariés, Club de généalogie de Longueil, Vol. p. 119, transcription de l’acte de Basset du 3 février 1670.

[19]↑ Normand Mousette, En ces lieux que l’on nomma La Chine… », Cité de Lachine, 1978, p. 24.

[20]↑ Benjamin Sulte dans son volume V, chapitre IV du livre HISTOIRE DES CANADIENS- FRANÇAIS , p.70, identifie l’habitation voisine de Barthélémy Vinet dit Larente, comme étant celle de Guillaume Levet. On peut consulter ce document à l’adresse suivante https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Sulte_-_Histoires_des_Canadiens-fran%C3%A7ais,_1608-1880,_tome_V,_1882.djvu/85. Normand Moussette, à la page 27 dans son livre intitulé En ces lieux que l’on nomma La Chine, op. cité, attribue également l’ « habitation » voisine de Vinet dit Larente à un dénommé Guillaume « Levet ». Avec tout le respect que j’ai pour leur travaux, il s’agit, pour ces 2 sources, peut-être d’une mauvaise de lecture car Vinet dit Larente va céder la terre acquise de Massias à Louis Dauvernier dit Lorange et Guillaume Loret dit Lafontaine et une partie sa propriété, le 16 juin 1672, devant le notaire Basset. Ma lecture du recensement 1681 concorde avec la transaction mentionnée précédemment.

[21]↑ Guillaume Loret dit Lafontaine, fils de Guillaume, maître couvreur, et Olive Lebeau d’Auray. ar. Lorient. év. Vannes. Bretagne, mariée le 06-12-1683 à Lachine (ct 04 Cabazier) à Marie Perrier, fille de Jean et Marie Gaillard. Source : Jetté, René, Dictionnaire généalogique des Familles du Québec : des origines à 1730, Les Presses de l’Université de Montréal, 1983.

[22]↑ Noël Charmois dit Duplessis; décédé le 05-04-1689, sépulture le 29-10-1694 Lachine (tué par les Iroquois); boucher; 56 ans au rec. 81, à Montréal. Source : Jetté, René, Dictionnaire généalogique des Familles du Québec : des origines à 1730, Les Presses de l’Université de Montréal, 1983.

[23]↑ André Rapin, fils de Jean et Marie Boufandeau de St-Paul-en-Pareds, ar. La Roche-sur-Yon, év. Luçon, Poitou (Vendée); décédé le 27 et sépulture le 28-12-1694 Lachine (54 ans) (de pleurésie); 24 ans au rec. 66, à Montréal. Domestique engagé de Jacques Beauvais; 40 ans au rec. 81, à Lachine; chirurgien; confirmé 23-03-1664 à Québec, marié le 25-11-169 à Montréal à Clémence Jarry, fille d’Élie et Jeanne Merrin. Source : Jetté, René, Dictionnaire généalogique des Familles du Québec : des origines à 1730, Les Presses de l’Université de Montréal, 1983.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.