6- Le statut de Barthélémy Vinet dit Larente passe d’«engagé » à «habitant »

Barthélémy Vinet dit Larente à la fin de son contrat d’engagement, vraisemblablement en 1668, va décider de s’établir dans la colonie malgré un environnement hostile et froid et les diverses menaces amérindiennes nombreuses à cette époque.

Une tranquillité toute relative régnait en dépit de la présence du régiment de Carignan, arrivé au pays en 1665. Les nouveaux colons sont confrontés à la résistance obstinée des Iroquois.

Il a fallu attendre 2 ans après le recensement de 1666 avant de retrouver une nouvelle trace de Barthélémy Vinet dit Larente dans les documents de la colonie [1].

Son statut d’engagé lui impose des règles strictes. « Tant qu’il est en servitude, l’engagé ne peut obtenir de titre de propriété dans la colonie, il n’est pas « habitant ». Son statut lui interdit la traite des fourrures, il n’a pas le droit de fréquenter les cabarets et il ne lui est pas permis en théorie de se marier. [2]

A court terme, l’objectif est de prendre une terre et une épouse.

Il reçoit le 16 décembre 1668 [3] de Robert Cavelier de La Salle l’une des premières concessions de terre de la nouvelle Seigneurie de Saint-Sulpice [4] devenu Lachine.  Cette concession est située en amont du « grand Sault Saint-Louis ». [5]

Son statut social passe donc « d’engagé » à « habitant » c’est-à-dire propriétaire d’une terre.

Barthélémy Vinet dit Larente, pionnier de la « Seigneurie de Saint-Sulpice »

Sans répondre de manière précise et exhaustive, Normand Mousette à travers le dépouillement d’archive de la Seigneurie de Saint-Sulpice mentionne que :

«Ainsi, à la lumière de ces documents, on peut constater que René Cuillerier dit Léveillé, Raimond Boisneau dit La Chaume, Barthelemy Vinet dit La Rente [souligné par nous], Pierre Roussel, Nicolas Moisan dit le Parisien, Pierre Perusseau et Pierre Gauthier dit Sagouingoara figurèrent parmi les premiers concessionnaires établis sur la seigneurie octroyée à La Salle. » [6]

Son contrat de concession et ses clauses

Les clauses et conditions de son contrat de concession sont caractéristiques  des contrats de concession de l’époque. [7]

Dimensions

Cette concession de 3 arpents de front par 20 arpents de profondeur et d’une quantité de 60 arpents est située sur la côte Saint-Sulpice nommée « La Chine » en 1676 à la création de la paroisse des Saint-Anges-de-Lachine. S’il n’a pas de prairies dans l’étendue de la terre qu’il lui est concédé, il lui en serait donné 4 arpents ailleurs.

Emplacement

Elle est située sur le bord du lac Saint-Louis et borde la concession de Pierre Roussel. Les autres terres qui bordent la sienne ne sont pas encore concédées.

Robert Cavelier de La Salle, lithographie de Jules Adeline, vers 1870. Ce portrait, possiblement réalisé à partir d’un original d’époque, serait peut-être la seule représentation authentique du personnage.
©Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centre d’archives de Québec, P18259-Y-12

Emplacement supplémentaire dans le village et conditions

La Salle lui concède également un demi-arpent dans le village qu’il voulait établir en amont du rapide en raison de son emplacement stratégique. [8] Barthélémy doit y avoir feu et lieu c’est-à-dire s’établir dans le village avant le jour de la Saint-Jean de l’année 1669.

Cens et rentes

Les rentes seigneuriales sont de 1 chapon par arpent de front et 2 liards par arpent de superficie de terre payable le 17 janvier, jour de la fête Saint-Sulpice de chaque année. Cette date est assez inusitée, car habituellement les rentes sont payables le 11 novembre à la Saint-Martin d’hiver après les récoltes.

Les redevances seigneuriales pour le demi-arpent dans le village sont de 6 deniers tournois payables également le 17 janvier jour de la fête de Saint-Sulpice.

Droit de commune

De plus, Cavelier de La Salle accorde un droit  de commune à Barthélémy à raison de 5 sols par an, comme à tous les censitaires pour faire paître leurs bestiaux. Cette commune est d’une superficie de 200 arpents partant du lac Saint-Pierre et aboutissant à l’ouest à la cédrière qui est derrière l’habitation de Pierre Gauthier dit Sagouingara. Pour l’utilisation de cette commune, il doit contribuer à égoutter les terres et y avoir feu et lieu.

Moudre son grain

Son contrat mentionne qu’il doit faire moudre son blé au moulin seigneurial du lieu. Les droits de mouture correspondent au quatorzième minot. [9]

Comme la seigneurie est à ses balbutiements, il n’y a pas de moulin dans la seigneurie. Le premier moulin est entré en fonction en 1671. Il était situé dans l’enceinte du Fort Rémy.

C’est Jean Milot qui a obtenu le droit de construire et d’opérer le moulin pour une période de 10 ans [10] pour les bénéfices des colons sur la terre qu’il a acquise de Robert Cavelier de La Salle. [11]

Droit de pêche et de chasse

Ce contrat prévoit un droit de pêche et de chasse sur le devant de la concession  qui borde le lac Saint-Louis et sur l’étendue de la terre et cela sans aucune redevance.

Entretien des chemins

Barthélémy doit accepter la construction d’un chemin et de faire sa part pour sa construction, son entretien et pour l’égouttement.

Clause particulière

Pour les difficultés que Barthélémy Vinet dit Larente doit encourir pour transporter ce qui est nécessaire à son établissement, pour sa commodité et pour les bois et des abatis retrouvés sur le sentier entre « Villemarie»  et la Seigneurie de Saint-Sulpice, il est exempté de rentes seigneuriales jusqu’à l’année 1671 à la condition qu’il s’établisse dans le village ou avec la permission du cessionnaire, sur le lieu de sa concession avant le jour de la Saint-Jean 1669.

L’acte collationné [12] mentionne qu’il a respecté cette condition. Toutefois, il n’est pas possible de savoir s’il s’est établi dans le village ou sur sa concession.

Acte de concession de la terre par René Cavelier de La Salle à Barthélémy Vinet dit Larente

[page 1]

[Transcription (règles de transcription)]

René de La Salle, seigneur de la coste Saint-

Sulpice, scise en l’isle de Montreal païs de la Nouvelle

France, avons donné et concédé, donnons et concedons

a Barthellemy Vinet dit La Rente, c`y devant

demeurant a Montreal a Villemarie de Montreal, la

quantité de terre en laditte coste qui ensuit, scavoir

trois arpens de front sur le bord du lac Saint-Loüis

abboutissant d’un costé a l’habitation de Pierre Roussel

et finissant a celle de [blanc]

et vingt arpens de profondeur en allant sud sud’ouest et

Nord nord’est en gardant tousjours la même largeur

de trois arpens jusqu â la quantité de soixante arpens

de terre /

De plus, luy avons donné et concedons, un demy arpent

de terre dans le village, abbouttissant comme il sera

porté par un contract special qui luy en sera donné.,

Item, en cas qu’il ne se trouve point de prairie dans

l’estenduë de laditte terre, nous luy en donnerons quatre

arpens ailleurs, a la charge de par ledit Barthelemy Vinet

de payer par chacq arpens de front un chappon, et deux

liards pour chacun des susdits soixante arpens de terre.

cinq sols pour le droict de commune, et six deniers

tournois pour le demy arpent de village, le tout payable

par chacun an le dix septiême janvier feste Saint

Sulpice, sera de plus ledit Vinet, d’avoir feu et lieu

dans le village de laditte coste de faire moudre

son bled au moulin seigneurial dudit lieu, de

souffrir et faire sa part des chemins et esgousts

necessaires pour la commodité publicque, ausquelles

conditions laquelle terre demeurera a luy, et a ses

hoyrs et ayans cause en pleine proprieté et paisible

joüissance, fait en notre maison de la coste Saint

Sulpice le seizième de decembre gbjc [mil six cent] soixante et huict.

signé R. Cavelier de La Salle sans parraphe, et ensuitte.,

en consideration de la peine et travail qu’il `y a’, a

[Page 2]

transporte du Montreal en cette coste ce qui est

necessaire pour la commodité de l’habitation a

raison de l’incommodité des bois et des nouveaux

abbattis qui se font sur sur le chemin, voulans en

quelque façon rescompenser les habitans de ce lieu

des peines et despences qu’il a convenu faire pour s`y

establyr, les avons tenus et tenons quictes

et acquictez de ce qu’ils nous doibvent de rentes

seigneurialles jusqu’à l’année gbjc (mil six cent) soixante et unze,

inclusivement pourveu, qu ils ayent feu et lieu dans

le village, ou avec nôtre permission sur le lieu de leur

concession avant le jour de la Saint-Jean prochain

venant., de plus, leur accordons a la même

condition droict de pesche et de chasse devant

la largeur de leur habitation et dans l’estenduë

d’icelle., De plus leur accordons pour commune

deux cent arpents de terre dans le lac Saint-Pierre

et abboutissant a l’ouest a la cedrière, qui est derrière

l’habitation de Pierre Sagouengara, a la charge de

contribuer a esgouste dans les terres concedéés auront

part tous ceux qui auront travaillé sur les terres

et `y auront feu et lieu dans ledit terme dedit la Saint

Jean, fait en nôtre maison de la coste Saint-Sulpice

le seizième decembre gbjc [mil six cent] soixante et huict signé

René Cavelier de La Salle comme c`y devant, et au retour de

la feüille est escrit,

Je soubsigné reconnois que Barthellemy

Vinet a satisfait aux rentes seigneuriales

ausquelles il estoit obligé, a raison de la

terre que luy avons concedeé, pour l’anneé

[page3]

mil six cent soixante et neuf, dont

je le tiens quicte, fait en la coste Saint

Sulpice le seizième decembre gbjc (mil six cent) soixante

huict, signé René Cavelier de La Salle

Il est ainsy a son original en papier

dellaissé estude de moy nottaire royal

et de la seigneurie de Montreal soubsigné

par ledit Vinet pour `y avoir recours au

besoin, et dellivré la presente expedition

a sa veuve pour luy servir et valoir ce que

de raison ce vingt-sixième janvier

gbjc (mil six cent) quatre vingt huict //

(signé)             Basset (paraphe)

                                    notaire royal

 

Paléographie par Harold Larente le 31 mars 2017

[1] Après avoir reçu la concession d’une terre à Lachine en 1668, nous retrouvons des mentions dans les archives paroissiales, notariales ou de justices de Barthélémy Vinet dit Larente à chaque année de sa vie dans la colonie.

[2] Lachapelle, Marie-Andrée, L’insertion sociale des engagés dans les campagnes du gouvernement du Québec dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l’Université Laval pour l’obtention d’un grade de Maître ès art (M.A.), Faculté des lettres, université Laval, 1999, p.26

[3] 16 décembre 1668, Concession d’une terre pour Barthelemy Vinet par Monsieur de La Salle,  Notaire Bénigne Basset dit Deslauriers, [1657-1699] Source : TL 313, S1 [contrat sous seing privé], BAnQ, Dossier 06M-CD1 2/2.231 –  Il s’agit d’une copie d’un acte délaissé à l’étude du notaire Basset par Barthélémy Vinet dit Larente, qui a été transcrit par le notaire le 26 janvier 1688 pour être « délivré » à la veuve Vinet [Étiennette Alton].

C’est chargé d’émotion que j’ai pu consulter l’original de ce contrat à la Bibliothèque des Archives nationale du Québec (BanQ) Vieux-Montréal, l’an dernier.

Ce contrat et sa transcription se retrouve à la fin de l’article.

[4] Cette seigneurie accordée à Robert Cavelier de La Salle à l’automne 1667 par les sulpiciens est nommée Seigneurie de Saint-Sulpice disparait le 9 janvier 1669 alors qu’il la rétrocède aux « Seigneurs et propriétaires de l’isle de Montréal » pour vaquer à ses projets de voyages. Elle fait donc partie, dès lors, des terres de l’île de Montréal. On peut lire l’ouvrage de Normand Mousette intitulé  « En ces lieux que l’on nomma La Chine… », publié en 1978 par la Cité de Lachine et qui retrace la genèse de Lachine.

[5] Aujourd’hui connu comme les rapides de Lachine

[6] Normand Mousette, En ces lieux que l’on nomma La Chine… », Cité de Lachine, 1978, p. 108

[7] On peut consulter la publication de Marcel Trudel – Le régime seigneurial, Les brochures de la société historique du Canada, n° 6, Ottawa 1971. Elle est disponible en téléchargement à l’adresse suivante : https://www.archiv-histo.com/assets/publications/OutilsRecherche/1971_Trudel,Marcel_Le_regime_seigneurial.pdf

[8] Les voyageurs, en aval du rapide et ceux en provenance de Québec et qui se dirigent vers les Grands Lacs doivent s’y arrêter pour y faire du portage. 

[9] Trudel, Marcel,op. cit. p. 13

[10] « Dans l’acte d’acquisition de Robert Cavelier de La Salle] il est indiqué que Milot obtient le droit de bâtir un moulin qui, s’il ne veut pas perdre ce droit, devra être fin prêt à produire de la farine dès le mois d’aout de l’année suivante [1670]», Source : Gravel, Denis, Une approche historique et économiques de la société lachinoise 1667-1767, Rapport présenté par l’auteur à la Société historique Cavelier-De-Lasalle, 6 décembre 1993, p. 9.

« Ne pouvant respecter la clause offerte un an plus tôt par Cavelier de La Salle de bâtir un moulin dans un délai aussi court, le couple Milot obtient encore une fois le droit de :

« Bastir ou faire Bastir a Leurs fraiz et despens Un Moulin à vent de pareille matière, Manière, Circonférance et Consistance que l’Un de Ceux desdits Seigneurs Situé en cette Isle proche Le Chasteau dudt lieu, & ce Sur Une Concession que lesdits Milot & sa femme ont acquise dudit La Salle, Assise audit Montréal Au Lieu dela Chine ainsy appellé, Sur quatre arpents de Terre que Mondit Soeur Labbé choisira (…) Lesquels Milot & sa femme pour cet effect Seront Tenus dy faire Travailler Incessament, Moyennant quoy Lesdits Milot et Sa femme Jouyront D’Iceluy Moulin et des revenus qui en pourront provenir des sujets deladite Isle et de ceux qui y aporteront Leurs grains leurs successeurs et ayant Cause pendant dix Années Entières et Consécutives qui commenceront a courir du Jour & date des presentes… »

Source : Gravel, Denis, Une approche historique et économiques de la société lachinoise 1667-1767, Rapport présenté par l’auteur à la Société historique Cavelier-De-Lasalle, 6 décembre 1993, p. 10

Le Séminaire de Montréal reprennent à leur charge le moulin de Lachine par un acte du 2 novembre 1673, source :  Normand Mousette intitulé  « En ces lieux que l’on nomma La Chine… », publié en 1978 par la Cité de Lachine, p. 39

[11] 3 février 1669, Begnine Basset, « Vente de terre située (…) au-dessus du Sault St Louis; par Robert-René Cavelier de La Salle, de Montréal, à Jean Millot … »

[12] voir note 3

Bibliographie

Lachapelle, Marie-Andrée, L’insertion sociale des engagés dans les campagnes du gouvernement du Québec dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l’Université Laval pour l’obtention d’un grade de Maître ès art (M.A.), Faculté des lettres, Université Laval, 1999

Marcel Trudel – Le régime seigneurial, Les brochures de la société historique du Canada, n° 6, Ottawa 1971. Elle est disponible en téléchargement à l’adresse suivante : https://www.archiv-histo.com/assets/publications/OutilsRecherche/1971_Trudel,Marcel_Le_regime_seigneurial.pdf

Normand Mousette, En ces lieux que l’on nomma La Chine… », Cité de Lachine, 1978

Gravel, Denis, Une approche historique et économiques de la société lachinoise 1667-1767, Rapport présenté par l’auteur à la Société historique Cavelier-De-Lasalle, 6 décembre 1993

Claude Couture, Denis Gravel, Jean-Marc Grenier, Histoire de Ville de LaSalle, Montréal . Méridien, (c) 1988, 229 pages

 

7 réflexions sur « 6- Le statut de Barthélémy Vinet dit Larente passe d’«engagé » à «habitant » »

    1. Je vous remercie pour vos bons mots!

      Vous trouverez dans le billet numéro un « Qui est Barthélémy Vinet dit Larente » en cliquant sur ce lien http://blogharoldlarente.ca/2018/01/23/qui-est-barthelemy-vinet-dit-larente/#more-81 une partie de la réponse pour le patronyme Vinet. Pour ce qui est du surnom Larente, Je n’ai pas trouvé encore son origine. Est-ce que ce surnom évoque son lieu d’origine ? Il y a peut-être lieu de chercher dans cette voie, car plusieurs endroits dit La Rente sont présents dans la région de Saint-Pierre-de-Juillers dans un rayon de 75 kilomètres dont Saint-Vaize, Montils, Juiliac-le-coq, Archingeay et Saint-Georges-Antignac.

  1. Harold, c’est un vrai plaisir de suivre ton blogue et de découvrir enfin en détail, nos origines! J’attend la suite avec impatience!

  2. bonjour Harold peut on savoir si nous avons des amérindiens dans notre lignée.merci à l’avance et je suis ta cousine monique j’ai pris mon deuxième nom pour facebook merci et bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.