19.- Les biens de Barthélémy Vinet-Larente : de la cave au grenier (Partie I)

Harold Larente, le 17 mars 2019
Révisé le 15 avril 2019

Le présent billet constitue le premier d’une série consacrée à l’inventaire des biens de Barthélémy Vinet dit Larente, réalisée par le notaire Jean-Baptiste Pottier, entre le 4 et le 18 décembre 1687. Cinq jours ont été nécessaires pour y procéder[1].

À sa mort, les biens de Barthélémy Vinet-Larente ont été inventoriés à la demande d’Étiennette Alton, sa femme. Cette demande de recension fait partie d’une procédure juridique guidée par la Coutume de Paris.

La coutume de Paris

Afin de préserver l’ordre traditionnel, fondé en grande partie sur le fief et la famille, elle [la coutume de Paris] limitait le droit d’aliéner certains types de propriétés, soit par vente ou par testament, et obligeait l’époux à gérer ses biens de façon à en pourvoir sa femme et ses enfants. La Coutume de Paris a été introduite en Nouvelle-France par la Compagnie des Cent-Associés[2] vers 1640 et devient le seul code légal permis dans la colonie en vertu de l’édit de 1664 établissant la Compagnie des Indes occidentale[3].

Jaquette de la monographie tirée de Gallica, Bibliothèque nationale de France, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97818083?rk=64378;0

Cette Coutume a imposé au couple Vinet-Larente et Alton, la communauté de biens. Elle vise d’abord et avant tout la « conservation » des biens de la succession et de garantir les droits du conjoint survivant, de ses enfants, surtout les mineurs[4], et également des créanciers. Cette protection juridique « […] nécessite trois rencontres avec les praticiens du droit: l’élection de tutelle qui nomme le subrogé tuteur, l’inventaire de la communauté de biens qui permet entre autres de déterminer la part de l’héritier mineur, la clôture d’inventaire qui oblige les protecteurs du mineur à garantir devant le tribunal la fidélité de la recension[5].

L’inventaire des biens de Barthélémy Vinet dit Larente

L’inventaire des biens énumère tous les biens meubles et effets mobiliers, bâtiment par bâtiment, pièce par pièce ainsi que les cultures dans les champs. Son contenu minutieusement relevé, nous révèle un pan de la vie de Barthélémy Vinet dit Larente qui s’est déroulé au XVIIe siècle. Elle nous renseigne sur ses conditions matérielles et nous permet de visualiser l’intérieur de sa maison et de ses abords ainsi que des dépendances de la ferme qu’il possède à Lachine.

La recension de ses biens s’est déroulée sur 5 journées, soit les 4, 5, 6, 11 et 18 décembre 1687. Elle occupe 19 feuillets et se divise en cinq grandes parties. La première montre l’estimation détaillée de ses biens meubles, effets mobiliers et immeubles, la deuxième celle dite des titres et des papiers[6] de la famille, la troisième celle des dettes « actives » et passives. La quatrième concerne une protestation de la veuve Alton qui demande que les effets de Marin Hurtibise, son premier mari, soient de nouveau inventoriés, laquelle est contestée par les subrogés-tuteurs. Et enfin, une dernière partie surprenante, un aveu de la veuve Alton.

L’objectif sera de présenter, en plusieurs billets, les biens appartenant à la communauté Vinet et Alton et le déroulement de la session d’inventaire. Ce déroulement est intéressant, car on pourra y déceler les enjeux et les tensions familiales liés aux partages des biens. Suivront ensuite pour les intéressés, l’acte officiel et la paléographie de celui-ci pour chacune des parties.

Le premier billet concerne la journée du 4 décembre 1687.

Journée du 4 décembre 1687

Le matin du 4 décembre 1687, le notaire Jean-Baptiste Pottier, accompagné de Paul Décarie[7], beau-frère des enfants mineurs[8] et subrogé tuteur pour eux, se rendent « au logis » de défunt Barthélémy Vinet dit Larente situé à la paroisse des Saints-Anges de Lachine. Il veut ainsi s’assurer de la « conservation » des biens de Vinet Larente et garantir le respect des droits de sa veuve, des enfants, surtout mineurs, et de ses créanciers. Une première visite avait déjà eu lieu, pour faire l’inventaire des biens mis en évidence par Alton, lesquels ont été estimés par André Rapin[9] et Noël Charmois[10]. Ceux-ci seront appelés au bailliage de Montréal[11], pour prêter serment et déclarer avoir procédé à l’estimation des biens en toute « equitté et justice ».

Bestiaux à cornes et porcs

Cette journée du 4 décembre, Pottier procède à l’inventaire des « bestiaus tant a cornes que porcs », où interviennent les évaluateurs Rapin et Charmois. Ils y ont trouvé six porcs gras, une grande truie avec son « noutureaux [12]», cinq autres « noutureaux », huit bœufs, 7 vaches, dont une en gestation et deux font l’objet d’un bail[13], deux veaux « mâles », une génisse.

Cave

Ensuite, tous se déplacent dans la maison et se rendent à la cave. Ils y ont trouvé, une paire de souliers français, 4 paires de souliers « sauvages » de cuir de vache, 55 livres de beurres contenus dans trois tinettes[14], une vieille balance de bois avec un poids de plomb de trois livres.

Grenier

Ensuite, ils se rendent au grenier. Ils y ont trouvé huit minots « fève d’haricot », dix-huit minots de pois vert, 7 minots de blé d’Inde, une couverture de Normandie à deux points, trois autres couvertures, dont une de poil de chèvre, cinq peaux d’ours, un brandebourg[15], un capot de ratine avec la culotte, un juste au corps[16], un chapeau noir, une paire de bas « broché », une peau de bœuf, un marteau de maçon, un couteau, trois tarières, un petit ciseau, une pioche de bois, un battement à faux garni de son marteau, , quatre pioches, quatre haches, deux coins de fer, trois frettes de roue de

Par Nicolas Bonnart (France, 1637-1717) — Image: http://collections.lacma.org/sites/default/files/remote_images/piction/ma-31865345-O3.jpg

charrue, quatre cercles en fer de sceau à eau, deux serpes, une pelle de fer à bêcher, deux paires de « trets » avec leurs jougs.

Dans la maison et autour

Le groupe s’est ensuite déplacé au rez-de-chaussée. Ils y ont trouvé deux grands fusils, deux carabines, une paire de « ferts » à flasques[17], un chandelier de cuivre jaune, un chandelier de fil d’archal[18], quatre chaudières de cuivre rouge, un chaudron de cuivre jaune. La batterie de cuisine est composée d’une petite et d’une grande poêles, d’un petit et d’un grand poêlons de cuivre jaune, d’une écumoire de cuivre, d’un pot de fer et sa cuillère, d’une petite et d’une grande marmites de fer avec leurs couvercles. Le couvercle de la petite est en cuivre, d’un réchaud, d’un « couloir[19] » de cuivre jaune.

La vaisselle d’étain n’est pas décrite à l’inventaire. Il y est précisé que son poids est de 40 livres.

Intérieur de maison canadienne
Horatio Walker, Intérieur de maison, 1886, Aquarelle sur papier, 14 x 23 cm, Collection: Musée national des beaux-arts du Québec, 1934.539, Photo:MNBAQ, Jean-Guy Kérouac

Le linge

La recension nous indique qu’il y a sept paires de draps de trois « aulnes [20]» pièces, une douzaine de petites serviettes de toile de chanvre neuves, une douzaine de serviettes ouvrées ainsi qu’une nappe de même tissu, dix nappes de toile de Mesly, six chemises alingées[21].

Les meubles

Les meubles qui « garnissent la maison » ont ensuite été inventoriés et prisés. Il s’est trouvé une paire d’armoires, un petit miroir commun, deux petits coffres dont l’un est garni de sa ferrure, un grand coffre garni de sa ferrure, une huche avec son couvercle. Bien que ne constituant pas des meubles, les trois ciseaux de menuiserie, les deux sceaux garnis de cercles de fer ont été inscrits dans cette rubrique.

Les cabanes[22]

Il s’est trouvé dans les cabanes sept couvertures, dont deux en poil de chèvre, un petit lit de plume enveloppé de deux peaux « passées » et un morceau de peau également « passées ».

Grange

Il s’est trouvé dans la grange huit vieilles poches contenant treize minots de blé « français » et un van[23].

Les équipements aratoires et transports

Dans l’inventaire, suis ensuite les « ustencilles propres tant a charoyer qu’a labouré ». Ces équipements sont constitués d’un soc avec son « couttereau », la jauge et la goupille, un essieu de fer avec sa rouelle, une chaîne de fer d’un « prou », trois chaînes en « traine », six bandages de roue en fer, un tombereau, une charrette à deux roues avec une chaîne de fer pour le « prou », deux jougs, deux chevilles de fer et deux courroies de cuir de bœuf.

Clôture de la première journée

Après cette journée, le notaire Pottier a signé la recension. La veuve Alton tutrice des enfants, Paul Descaries, subrogé tuteur, André Rapin, expert priseur, André Charmois, également expert-priseur, Jean Quenet, maître chapelier et gendre de la veuve Alton et Louis Chevalier étaient présents en cette journée. Tous ont signé l’inventaire de cette journée à l’exception de Noël Charmois qui déclare ne savoir signer.

La suite de l’inventaire fera l’objet du prochain billet.

4 décembre 1687
Inventaires des biens de Barthélémy Vinet dit LaRente,
Notaire Jean-Baptiste Pottier [1686-1701],
ANQ-M, Microfilm M-620.138

[page 1]

 Transcription [(règles de transcription) ]

[marge supérieure effrangée] [première ligne illisible]
En vertu de l ordonnance rendue par monsieur le bailly
l isle du Montréal en datte vingt uniesme novembre gbjc [mille six cent] quatre
vingt sept, tandante l election d un tuteur et subrogé tuteur
pour vaquer au soingt des esfets tant mobilier qu’immobilier
pour les enfans mineur demeurez apres les deceds de deffuntc
Marin Urtebise et Berthelmy Vinet vivant habitants de ladite
Isle pourqoy Il a esté ordonné par mandat sieur le bailly
par la susdite ordonnance qu’ il sera procédé a un bon et loyal
inventaire desdits effets et sur laquelle ordonnance je me suis
transporté au logis du dict deffunct Berthelmy Vinet
l an gbjc [mille six cent] quatre vingt sept le quatriesme jour de decembre avant
midy et autres jours en suivante a la requeste de Tiennette Alton
veufve en première nopce de deffunct Marin Urtebise et en
seconde nopce de deffunct Berthelmy Vinet vivant habitant
de la paroisse des Saint-Anges de Lachine en ladite isles du Montreal
tant en son nom a cause de la de la communauté des biens qu’a
esté entre elle et lesdits desfuncts ses maris et elle que
comme tutrice de Louis aagé de vingt ans ou environ et
Marin Urtebise agé de seize ans ou environ enfans du
premier lict, et Guillaume aagé de huict ans ou environ François
aagé de six ans ou environ Cunegonde aagée de douse a
treise ans ou environ, et Magdeleine les Vinet enfants du
second lict agée de dix ans ou environ enfans mineurs dudit def[funt] [marge effrangée]
Vinet et de ladite Tiennette Alton, et en la presences du sieur Paul
Decaris habitant de Ville Marie et beau frere desdits enfans mineurs
et subrogé tuteur pour eux par l acte de ladite tutelle faict au
baillage dudit Montreal recu par le sieur Anthoine Adhémart
greffier dudit lieu en datte du vingt deuxiesme dudit mois *de novembre* et
que dessus lesdits mineurs habiles a eux dires et portes seuls héritiers
chacun en leur droit desdits desfuncts leur père a la conservation
des biens et droits desdits partyes es dits noms et de tous autres qu’il
apartiendra par le nottaire soubz signé a esté faict bon et
loyal inventaire et description de tous et chacun les biens meubles
immeubles ustencilles de maison habits linges hardes, argent
monnoyé et non monnoyé lettres titres papiers enseignement
et autres chose demeures après le deceds desdits deffunct
Urtebise et Vinet et qui estoient communs entre eux et [marge effrangée]
ladite veufve au jour du deces dudit Vinet et trouvez et [marge effrangée]
estant en la maison ou ladite veufve est demeurante en laqu[elle] [marge effrangée]
ledit Vinet est décédé ce [blanc] novembre gbjc [mille six cent] de ladite annés [marge effrangée]
montres, enseignées et mis en évidence par ladite veufve pour estre
inventoriez au present inventaire sans aucuns en cacher n’y [marge effrangée]
detournes sur les peines de l ordonnance a ce introduites, lesdits
biens meubles prisés et estimés par André Rapin et Noel
Charmoy habitant dudit lieu de Lachine qui ont esté [tache] [marge effrangée]
ladite veufve Alton tutrice desdits mineurs et ledit sieur [tache] [marge effrangée]
subrogé tuteur et pour prisé et estimé en leurs conscienses [tache] [marge effrangée]

[page 2]

au cour [ligne partiellement tachée et marge effrangée] denier selon et
[ligne partiellement tachée et marge effrangée]
ainsy qu’ il ensuit [tache et marge effrangée] lesdite
priseurs et estimeurs [mots tachés] preteront sermant
en tel cas requis a jour compétant par devant monsieur le
bailly pour dire et déclare avoir procedde en ladite estimation
en toutte equitté et justice :

Chapitre des bestiaus tant a cornes que
porcs

Premièrrement six porcs gras estime tous a
cent quatre vingt livres cy                                                                  180#
Item une grande truye avec deux noutureaux                            40#
prisez a quarante livres cy
Item cinq autres noutureaus estimez a quarante                     40#
livres cy
Item deux bœufs un soubz poil noir et l autre
poil chatain estimé les deux a cent vingt six livre                    126#
cy
Item un bœuf soubz poil brun estimé a cinquante
huict livres cy                                                                                              58#
Item un bœuf soubz poil caille estimé a                                          57#
Cinquante sept livres cy
Item deux bœufs un soubz poil noir et l autre poil
brun estimez scavoir le noir a soixante livres et                          119#
l autre a cinquante neuf livres cy
Item deux bœuf un soubz poil noir *avec une tache blanche* et l autre
chatain estimes les deux a cent quarante livres                         140#
cy
Item une grande vache pleine soubz poil noir
et caille estimés a trente six livres cy                                               36#
Item une autre petits vache soubz mesme poil
estimées a vingt cinq livres cy                                                             25#
Item une autre vache soubz poil rouge prisée a vingt
neuf livres cy                                                                                                29#
Item deux vaches qui sont a ferme moyennant quinze livres chaquune (sic)
par chacun an, dont une est soubz poil caille de laquelle jouit
Le tourangeau charpentier demeurant a Ville Marie et l autre
dont jouit André Merlot habitant de Lachine laquelle est
soubz poil chatain estimé les deux a soixante livres cy              60#

[page 3]

La partye de l autre part se monte a
Item une autre vache soubz poil brun
estimés a trente livres cy                                                                    30#
Item une autre vache soubz poil noir avec une tache
blanche soubz le ventre estimé a trente livres
cy                                                                                                                   30#
Item deux petit veaus mâles un soubz poil noir
et l autre brun estimés les deux a trente trois
livres cy                                                                                                      33#
Item une petite genisse soubz poil rouge prisés
a dix livres cy                                                                                           10#

Suit ce qui s est trouvé dans cave
dudit logis

Premierrement une paire de souliers français a
l usage dudit deffunct Vinet estimés a six livres cy                 6#
Item quatre paires de souliers sauvages de cuir de vache
fort minse estimés les quatre a cinq livres cy                             5#
Item trois tinettes de beurre pesantes les trois
en tout cinquante cinq livres a dix solz la livre
faict en tout vingt sept livres dix solz cy                                      27#10s
Item une vielle paire de balance de bois avec un
poids de plomp de trois livres pesant le tout estimé a une
livre cy                                                                                                           1#

Suit ce qui s est trouvé dans le grenier
dudit logis

Premierrement huict minots de fevve d aricots
estimes a une livre dix sols le minot fait en tout
vingt livres cy                                                                                            20#
Item dix huit minots de pois vert estimés a
deux livres le minot faict en tout trente six livres                     36#
cy
Item sept minots de bled d inde estimés a deux
livres le minot faict en tout quatorze livres cy                           14#
Item une couverte normandye a deux points
demye usee estimés a sept livres cy                                                   7#
Item une couverte blanche de poil de chèvre prisée
a six livres cy                                                                                               6#

[page 4]

 

 

La partye de l autre part se monte a
Item une mechante couverte blanche prisée
a une livre dix solz cy                                                                                    1#10s
Item une moyenne couverte jaune estimée a
sept livres cy                                                                                                     7#
Item une grande peau d ours estimée a trois
livres cy                                                                                                               3#
Item une autre grande estimée a trois livres
dix solz cy                                                                                                          3#10s
Item une autre estimées a trois livres cy                                             3#
Item une autre moyenne estimée a deux livres
dix solz cy                                                                                                         2#10s
Item une autre petit estimée a une livre quinze
solz cy                                                                                                                 1#15s
Item un brandebourd autrement une casaque grise
a l usage dudit deffunct Vinet estimée a quatorze livres            14#
cy
Item un capot de grosse ratine *couleur minime* demye usée avec
les culotes le tout a l usage dudit deffunct Vinet prisée
a dix livres cy                                                                                                 10#
Item un viel justeaucorps aussy couleur minime a
l usage dudit deffunct Vinet estimé a quatre livres cy                   4#
Item un chapeau noir a l usage dudit desfunct prisé
a une livre dix solz cy                                                                                    1#10s
Item une paire de bas broché a l usage dudit deffunct
estimé a deux livres dix solz cy                                                                2#10s
Item une peau de bœuf estimé a d six livres                                      6#
cy
Item un marteau a l usage d’un maçon estimé a
trois livres cy                                                                                                   3#
Item un méchant couteau a deux manches prisé
une livre cy                                                                                                       1#
Item un grand tariere estimé a trois livres cy                                   3#
Item un autre moyen estimé a deux livres dix sols                       2#10s
Item un autre moyen estimé a deux livres                                       2#10s
dix solz cy
Item un petit cissot estimé a trois livres cy                                      3#

[page 5]

La partye de l autre part se monte a
Item une pioche en bois estimée a deux livres
dix solz cy                                                                                                                   2#10s
Item un battement a faulx garnye de son marteau
avec deux s anneaux et une serre le tout estimées
a cinq livres cy                                                                                                          5#
Item quatre pioches estimé a six livres cy                                                   6#
Item quatre haches nouvellement rastorées estimées
les quatre a huict livres cy                                                                                  8#
Item deux coings de fert estimés les deux a trois
livres cy                                                                                                                      3#
Item trois petites fretes de rouës de charue prisées
touttes a deux livres cy                                                                                       2#
Item trois moyen cercle de fert de seau a eau
et un petit le tout estimé a deux livres cy                                                   2#
Item deux vieilles serpes [mot rayé] et une pelle
de fer a beschée le tout estimé a trois livres cy                                       3#
Item deux paires de trets avec leur jougs estimés
les deux a trois livres cy trois livres                                                             3#

Suit ce qui sest trouvé autour
du dans la maison ou deceddé ledit
deffunct Vinet

Premierrement deux grand fusilz estimez
vingt livres piece font les deux quarante livres                                  40#
cy
Item une petite carabine estimée a neuf
livres cy                                                                                                                  9#
Item un autre petite carabinne dont le canon
est couré estimé a huict livres cy                                                               8#
Item une paire de ferts a flasques estimés les
deux a quatre livres cy                                                                                   4#
Item un chandelier de cuivre jaune estimé a
deux livres cy                                                                                                     2#
Item autre meschant chandellier de fil d archal                                        10s
estimé a dix solz cy
Item une grande chaudiere de cuivre rouge estimées
a douze livres cy                                                                                             12#

[page 6]

La partye de l autre part se monte a
Item une petite chaudron de cuivre jaune prisée
a une livre dix sols cy                                                                                       1#10s
Item quatre autre mechantes chaudieres de
cuivre rouge estimée les quatre a douze livres cy                              12#

Suit la batrye de cuisinne

Premierrement une poelle estimé trois
livres cy                                                                                                                  3#
Item un grand poellon jaune estimé a
deux livres cy                                                                                                       2#
Item un autre petit poellon de mesme estoffe
estimé *avec* une petite escumoire aussy de cuivre
estimé [mot raturé] une livre dix sols cy                                                 1#10s
Item un pot de fert avec sa cuillier estimé                                             4#
en tout quatre livres cy
Item une mechante petite poelle estimés a
vingt sols cy                                                                                                         1#
Item une grande marmitte de *fer* avec
son couvercle estimée a six livres cy                                                        6#
Item une autre petite marmitte de *fert* avec son
couvercle de cuivre jaune estimée deux livres                                     2#
cy
Item un réchaud estimé a une livre dix
sols cy                                                                                                                    1#10s
Item un couloir de cuivre jaune estimé a
deux livres dix sols cy                                                                                   2#10s

Suit toutte la vesselle d étain

Scavoir en tout quarante et une livres pesant
estimée vingt sols la livre faict en tout                                                41#
quarante et une livre cy

Suit tout le linge

Premierrement sept paires de draps de trois
aulnes pieces ou environ estimées en tout soixante                      60#
livres cy

[page 7]

La partye de l autre part se monte a
Item une douzaine de petite serviettes neuve
de toille de chanvre estimées a sept livres quatre
sols cy                                                                                                                              7#4s
Item une dousainne de serviettes ouvrées avec
une napes de mesme toile estimé en tout quinze                                       15#
livres cy
Item dix napes de toiles Mesly estimées toutte
a treize livres cy                                                                                                        13#
Item six chemises elingees a l usage dudit
desfunct estimées deux livres pieces faict en tout
douze livres cy                                                                                                           12#

SUIVENT LES MEUBLES qui garnissent
le dedans de ladite maison ou est deceddé
ledit deffunct Vinet

PREMIERREMENT une paire d’armoire prisée
a quinze livres cy                                                                                                      15#
Item un petit miroir commun estimé a deux
livres cy                                                                                                                         2#
Item un petit coffre garny de sa ferrure estimé
a six livres cy                                                                                                              6#
Item un autre petit meschant coffre sans sa
ferrure estimé a une livre dix solz                                                                     1#10s
Item un grand coffre garny de toutte sa ferrure
estimé dix livres cy                                                                                                10#
Item une huche avec son couvercle estimée
a six livres cy                                                                                                             6#
Item trois cisaux de menuiserie sans aucune
façon estiméee les trois a six livres cy                                                            6#
Item deux seaux garnis de cercles de fert prisés
les deux trois livres cy                                                                                           3#

SUIT les couvertes et peaux [mot rayé] qu’ont esté
trouvées dans les cabanes de la susdite maison

PREMIERREMENT une meschante couverte estimée a 5#
cinq livres cy

[page 8]

La partye de l autre part se monte a
Item autre meschante couverte estimé a
quatre livres cy                                                                                                    4#
Item une autre de poil de chevre estimées a
une livre quinze solz cy                                                                                   1#15s
Item trois autres meschantes estimées touttes
trois livres cy                                                                                                      3#
Item une autre de poil de chevre quatre
livres cy                                                                                                                4#
Item un petit lict de plume enveloppé
de deux peaus passées le tout estimé huict livres                             8#
cy
Item un morceau de peau passée estimé a
trois livres cy                                                                                                    3#

SUIT ce qui s est trouvé dans la
grange

PREMIERREMENT huict vielles poches dans
estimées est a present touttes les six et livres dans les
quelles estoit renfermée treize minots de bled
françois estimé a deux livres dix solz le minot
faict en tout avec cesdites poches trente huict
livres dix solz                                                                                                 38#10s
Item un van estimé deux livres dix solz                                               2#10s
cy

Suit les ustencilles propres tant
a charoyer qu’a labouré

PREMIERREMENT un soc avec son couttereau la jause et
la goupille estimé le tout a douse livres cy                                        12#
Item un essieu de fer avec les rouelles de charrue
estimé le tout a huict livres cy                                                                 8#
Item une chaine de fer d un prou estimés trois
livres cy                                                                                                              3#

[page 9]

La partye de l autre part se monte a
Item trois chaines en traines estimées a
quatre livres piece faict en tout douze livres cy                                           12#
Item une cheville de fer estimée vingt solz                                                     1#
cy
Item six vieux *morceaux de* bandages de fert d’une
meschante roue estimées toutes a six livres                                                 6#
cy
Item un meschant tombereau avec quatre fretes
et une cheville de fert le tout estimé a treize livres                                    13#
cy
Item une charrette avec deux vielles roue de
garnyes de bandages de fert, une chaine de fert
pour le prou, deux jougs, deux chevilles de fert
le tout estimé avec trois paires de couroye de
cuir de bœuf a soixante quinse livres cy                                                       75#

ayant vaqué tout pendant tout le jourd cy dessus pour ledit
Inventaire je me suis retiré apres avoir signe avec
ladite veufve Alton tutrice et ledit sieur Paul Decaris
subroge tuteur et ledit André Rapin l un des experts
nommé en presence du sieur Jean Quenet marchand maître
Chapelier demeurant a Ville Marie et le sieur Louis
Chavallier a cedit jour et vus ci apres dessus apres que ledit
charmoy *aussy expert* a declare ne scavoir signer de ce enquis suivant l’ordonnance
ledits jour et an que dessus (signé)                 Tientte Altton
Paul Decari Quenet
L. Chevallier (paraphe)

Andre Rapein

J. Pottier (paraphe)
Nottaire

Note : La suite de la transcription suivra dans le prochain billet.

[1]↑ ANQ-M, Microfilm M-620.138, Inventaires des biens de Barthélémy Vinet dit LaRente, notaire Jean-Baptiste Pottier, 4 décembre 1687.

[2]↑ Le cardinal Richelieu à titre de chef et surintendant-général de la marine et commerce de France « établit, le 29 avril 1627, la « Compagnie des Cent-Associés pour le commerce du Canada » et lui céda la Nouvelle-France « en toute propriété, justice et seigneurie ». Seigneurs de la Nouvelle-France, les Cent-Associés en recevaient l’administration, sous le contrôle de Richelieu, agissant au nom et sous l’autorité de Louis XIII ». Après la démission de la Compagnie des Cent-Associés « Louis XIV, sous l’influence de Colbert, créait en mai 1664 la Compagnie des Indes occidentales et lui concédait la Nouvelle-France. André Vachon, L’administration de la Nouvelle-France, Dictionnaire biographique du Canada en ligne, 2000 (1969), p. 16-17, http://www.biographi.ca/fr/theme_essays.html?p=16 (Consulté le 16 mars 2019).

[3]↑ Yves Zoltvany, « Esquisse de la Coutume de Paris », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 25, n° 3, 1971, p. 367.

[4]↑ La protection des biens des mineurs est assurée par des tuteurs qui sont nommés en justice.

[5]↑ Jean-Philippe Garneau, Droit, famille et pratique successorale : les usages du droit d’une communauté rurale au XVIIIe siècle canadien, Thèse (D. en histoire)–Université du Québec à Montréal, 2003, p. 14.

[6]↑ Il peut s’agir d’un contrat d’acquisition d’une terre, d’une procédure en justice, de contrat de mariage, etc.

[7]↑ Paul Décarie est le gendre d’Étiennette Alton et donc le beau-père de la conjointe de celui-ci. Il est marié à Marie Hurtibise, fille de Marin Hurtibise et d’Étiennette Alton. Il subrogé tuteur des enfants mineurs Hurtibise et Vinet en vertu de l’acte de tutelle du 22 novembre 1687, BAnQ-M, cote CC601,S1,SS1,D22.

[8]↑ Les enfants mineurs, selon l’acte sont : Louis et Marin Hurtibise, âgées respectivement de 20 ans et 16 ans et Guillaume, François, Cunegonde et Madeleine Vinet Larente, âgés respectivement de 8 ans, 6 ans, 12 ans et 10 ans.

[9]↑ André Rapin est le voisin immédiat de Barthélémy Vinet dit Larente. Pour plus de détail consulté sur ce blogue, l’article « Le patrimoine immobilier de Barthélémy Vinet dit Larente s’agrandi », http://blogharoldlarente.ca/2018/02/25/8-le-patrimoine-immobilier-de-barthelemy-vinet-dit-larente-saccroit/?highlight=rapin#_ftnref22. André Rapin, fils de Jean et Marie Boufandeau de St-Paul-en-Pareds, ar. La Roche-sur-Yon, év. Luçon, Poitou (Vendée); décédé le 27 et sépulture le 28-12-1694 Lachine (54 ans) (de pleurésie); 24 ans au rec. 66, à Montréal. Domestique engagé de Jacques Beauvais; 40 ans au rec. 81, à Lachine; chirurgien; confirmé 23-03-1664 à Québec, marié le 25-11-1669 à Montréal à Clémence Jarry, fille d’Élie et Jeanne Merrin. Source : Jetté, René, Dictionnaire généalogique des Familles du Québec : des origines à 1730, Les Presses de l’Université de Montréal, 1983.

[10] Noël Charmois dit Duplessis est le voisin immédiat de Barthélémy Vinet dit Larente. Pour plus de détail consulté sur ce blogue, l’article « Le patrimoine immobilier de Barthélémy Vinet dit Larente s’agrandi », http://blogharoldlarente.ca/2018/02/25/8-le-patrimoine-immobilier-de-barthelemy-vinet-dit-larente-saccroit/?highlight=rapin#_ftnref22. Noël Charmois dit Duplessis; décédé le 05-04-1689, sépulture le 29-10-1694 Lachine (tué par les Iroquois); boucher; 56 ans au rec. 81, à Montréal. Source : Jetté, René, Dictionnaire généalogique des Familles du Québec : des origines à 1730, Les Presses de l’Université de Montréal, 1983.

[11]↑ Le bailliage de Montréal est le tribunal seigneurial de la seigneurie de Montréal.

[12]↑ Jeune cochon sevré.

[13]↑ À cette époque, il est courant que des animaux soient loués à d’autres colons en retour de considération. On retrouve plusieurs baux à ferme dans les greffes des notaires. Cependant, aucun bail à ferme concernant ces animaux n’a été retracé dans les archives notariales. L’une de ces vaches est à ferme chez Le Tourangeau, charpentier habitant à Villemarie et, l’autre chez André Merlot, habitant à Lachine.

[14]↑ Tonneau évasé vers le bas dont on se sert pour le transport du beurre fondu. Source : Définition « Tinette », Dictionnaire de définitions, Antidote 10 [Logiciel], Montréal, Druide informatique, 2018.

[15]↑ Définition « Brandebourg »: Grosse casaque qui est venue à la mode ces dernières années. Elle va jusqua’ mi-jambe, & a des manches bien plus longues que les bras […] du dictionnaire d’Antoine Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts… ([Reprod.]) / par feu Messire Antoine Furetière,…, 1690.

[16]↑ Définition « juste-au-corps » : « Espece déveste qui va jusqu’aux genoux, qui serre le corps, de monstre la taille » tirée du dictionnaire d’Antoine Furetière, Ibid.

[17]↑ Définition de « flasque » : « En terme d’Artillerie, se dit de deux, gros madriers qui composent l’affut d’un canon, entre lesquels il est posé & mais on équilibre sur tourillons ». Tirée de A. Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts… ([Reprod.]) / par feu Messire Antoine Furetière,…., op. cit.

[18]↑ Fil de laiton passé à la filière.

[19] Définition de « couloir » : « Écuelle, ordinaire de bois, qui a au lieu de fond, une pièce de linge par où on coule le lait en le tirant » tirée de Louis-Nicolas Bescherelle (1802-1883), Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française, Tome 1, Paris, Garnier frères, 1856. Disponible en ligne à: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50453p.

[20]↑ Définition de « Aune » : « Mesure dont la longueur varie suivant les pays. L’aune de Paris, aujourd’hui remplacé par le mètre, avait 3 pieds 7 pouces 8 lignes, ou environ 1 mètre 134 millimètres » tirée de Ibid. Disponible en ligne à: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50453p .

[21]↑ Dans l’inventaire, il est indiqué « élingé ». Il s’agit plutôt du mot alinger qui signifie adoucir par l’usure.

[22]↑ « Lit clos, adaptation canadienne du meuble normand et breton: le lit-alcôve. La cabane est constituée d ‘un bâti, sorte de grande boîte faite de planches embouvetées en bois de pin, de sapin, de merisier ou de frêne […]. Elle peut mesurer cinq à six pieds de longueur. ». Description tirée de Nicole Genêt, Luce Vermette et Louise Décarie-Audet, Les objets familiers de nos ancêtres, Montréal, Éditions de l’homme : distributeur, Agence de distribution populaire, 1974, p.67.

On peut lire également Robert-Lionel Séguin, « Une pièce de mobilier canadien : La cabane », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 16, n° 3, 1962.

[23]↑ Définition de « Van » : « Ce qui sert à nettoyer le grain battu. C’est un instrument d’osier à deux ances, courbé en rond par derrière, & dont le creux diminue insensiblement jusque sur le devant. ». Tirée de A. Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts… ([Reprod.]) / par feu Messire Antoine Furetière,…., op. cit.

2 thoughts on “19.- Les biens de Barthélémy Vinet-Larente : de la cave au grenier (Partie I)”

  1. Dans l’inventaire après-décès de Barthélémy, on parle d’une cabane. Pourrait-il s’agir d’un lit clos vu que son contenu réfère à de la literie : sept couvertures, dont deux en poil de chèvre, un petit lit de plume enveloppé de deux peaux « passées » et un morceau de peau également « passées ». Le petit lit de plume suggère qu’il a pu être aménagé pour un enfant.

    En effet, certains contrats de construction du charpentier Étienne Truteau l’obligeaient à fabriquer des « cabanes ». Il s’agissait pour lui d’aménager dans le coin d’une pièce de la maison un lit clos rustique comme on en trouve encore en Normandie et en Bretagne dans les très vieilles maisons. La cabane fermée de portes ou de rideaux permettait aux occupants de se garder au chaud même si le feu était éteint.

    1. Merci madame Trudeau pour ce commentaire très pertinent.

      Généralement, ce type de meuble est « prisé » dans les recensions de biens. Or, comme on peut le constater dans l’inventaire de Barthélémy Vinet dit Larente, ils ne le sont pas. Selon cette recension, il y en aurait plusieurs dans la maison.

      J’ai pris le parti du terme cabane que l’on voit dans plusieurs actes notariés de l’époque. Plusieurs « habitants » construisaient des abris sommaires appelés cabanes lors de leur installation sur leur concession pendant le défrichement et la mise en valeur de celle-ci. Ensuite, cette cabane servait de dépendance lorsqu’il aménageait dans leur maison.

      Le contenu de l’inventaire des cabanes supporte à votre interprétation. Je vais apporter les précisions qui s’imposent, merci encore.

      Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.